• votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • A 76 ans la chanteuse et activiste Joan Baez revient avec un titre qui vise "le futur dictateur" Donald Trump et dénonce la construction de "son empire maléfique". En quelques jours, la vidéo compte près de 3 millions de vues.

    Elle n'a rien perdu de sa fibre militante l'apôtre de la non-violence Joan Baez. Cela faisait 25 ans qu'elle n'avait plus écrit, mais l'élection de Donald Trump l'a poussée à sortir du silence.

    "Vous devez des excuses à la terre", dit-elle dans cette balade folk qu'elle reconnaît, dans un entretien pour Rolling Stone, peu réussie musicalement, mais "qui fera rire les gens".

    La chanson, publiée mardi soir sur le compte Facebook de la chanteuse, est rapidement devenu virale. C'est avec le sourire qu'elle demande au président américain "de consulter un psychiatre" pour ses "troubles psychologiques graves".

    Elle dénonce aussi le projet de mur à la frontière avec le Mexique et l'absence notable de Melania Trump de la Maison Blanche.

    "Ceci est ma petite chanson sur un homme devenu méchant/méchant de la tête aux pieds", conclut-elle en présageant que Trump deviendra bientôt obsolète.

    Joan Baez, qui entre ce vendredi au Rock Hall of Fame, a participé à plusieurs manifestations anti-Trump. Elle a chanté lors des protestations contre le chantier controversé d'un oléoduc dans le Dakota du Nord et à rejoint les "Women's Marches" (Les marches des femmes) en janvier, indique Deutsche Welle.

    Elle a aussi fait partie des protestataires de Palo Alto, lors des manifestations d'étudiants après l'élection de Donald Trump au mois de novembre. "Je crois que Trump manque d'empathie. Il n'en a pas, c'est pourquoi nous devons en avoir plus", dit-elle.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires